Berbérine

La Berbérine (épine vinette)


La berbérine est une molécule dont je voulais vous parler depuis un bon moment. Vous en avez peut-être déjà entendu parler puisqu’elle est particulièrement intéressante dans le cadre de nombreuses pathologies chroniques. On pourrait citer notamment son intérêt dans le diabète de type 2 et le contrôle de la glycémie ou encore dans certaines pathologies cardiaques dont l’hypertension. Bien évidemment ce n’est pas tout et la liste des bienfaits de la berbérine est particulièrement longue ! Pour ma part, j’utilise régulièrement la berbérine pour son action sur l’assainissement du microbiote intestinal via ses propriétés anti-microbiennes, anti-bactériennnes et anti-fongiques qui valent à mon sens clairement le détour. Tout cela sans affecter les bonnes bactéries intestinales et pratiquement sans être absorbée par les intestins. La popularité de la berbérine est d’ailleurs assez conséquente outre-Atlantique puisque vous la retrouvez dans de nombreux protocoles et dans tous les livres de l’herboriste américain Stephen Harrod Buhner. Un expert mondialement reconnu pour ses protocoles à base de plantes pour soigner de nombreuses infections dont la maladie de Lyme. Si vous le voulez bien, regardons donc tout ça de plus près pour bien comprendre les bienfaits de la berbérine et comment la consommer.


La Berbérine, c’est quoi ?


La berbérine est un alcaloïde, ou un principe actif naturel si vous préférez, que l’on retrouve dans certaines plantes appartenant à la famille des berbéridacées. Dont notamment l’épine-vinette, la plus populaire de la famille qui lui doit son nom scientifique (Berberis Vulgaris). C’est ce principe actif qui est responsable des bienfaits et vertus de l’épine-vinette sur la santé. On peut également retrouver la berbérine dans d’autres plantes disséminées à travers le monde dont le philodendron et l’hydraste du Canada. Ce qui explique notamment son utilisation répandue dans bon nombre de médecines traditionnelles allant de la pharmacopée asiatique, l’Ayurvéda ou encore chez les Égyptiens comme traitement préventif contre la peste. Historiquement son usage est aussi associé à la lutte contre le choléra, les problèmes de foie, les rhumatismes ou encore l’hypertension. Bref, un rayon d’action assez conséquent vous en conviendrez.

Pour les curieux voici une liste des plantes à berbérine :

  • Argemone mexicana (argémone mexicaine)
  • Berberis aristata : Inde himalayenne, Népal et Sri Lanka
  • Berberis vulgaris (épine vinette)
  • Hydrastis canadensis L. (hydraste du Canada)
  • Berberis aquifolium (mahonia à feuille de houx)
  • Coptis japonica
  • Thalictrum flavum L. (pigamon jaune)
  • Papaver dubium (pavot douteux)

La berbérine – Mode d’action


Ce qu’il faut savoir sur la berbérine, c’est que sa biodisponibilité est extrêmement faible (1). En d’autres termes, seulement une infime proportion de la berbérine ingurgitée par voie orale va être absorbée par les intestins puis être métabolisée par le foie. C’est un point intéressant à mon sens, puisque cela signifie que l’action systémique de la berbérine sur l’organisme résulte principalement de la modification du microbiote et de la métabolisation de la berbérine par cette même flore intestinale. Ce qui va dans le sens de ce que je dis depuis belle lurette sur l’importance du microbiote intestinal pour être et surtout recouvrer une bonne santé. C’est pas faute de le répéter dans la quasi totalité de mes articles…

L’activation de l’enzyme AMPK

Plus scientifiquement parlant, la berbérine va avoir une action au niveau cellulaire. C’est notamment le cas dans la mitochondrie (située dans le noyau de la cellule) où elle va inhiber le complexe de la chaîne respiratoire, entraînant une diminution de la production d’ATP. Et par conséquent favorisant l’activation d’une enzyme appelée AMPK (adénosine monophosphate-activated protein kinase). Cette enzyme AMPK joue un rôle important dans de nombreux processus métaboliques dont l’homéostasie (équilibre) énergétique cellulaire, mais aussi dans la régulation de la production, du stockage et de l’élimination des lipides et glucides. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les traitements médicamenteux liés aux troubles et aux maladies métaboliques, comme l’hypercholestérolémie, le diabète… ciblent la régulation de l’activation de cette enzyme AMPK.

Je me devais donc de vous en parler, puisque c’est cette enzyme qui  permet à la berbérine d’avoir un rôle clé dans certaines pathologies comme le diabète, l’insulino-résistance, l’obésité et les complications liées au diabète.


Propriété et vertus de la Berbérine


Maintenant que vous connaissez le mode d’action de la berbérine, on va regarder du côté de ses bienfaits. Je vous assure que ça ne rigole pas du tout, faudrait pas trop la fâcher notre amie la berbérine parce qu’elle a tendance à être particulièrement virulente. Notamment pour tout ce qui concerne les bactéries, les champignons et les virus. Plus globalement son champ d’action est particulièrement large sur de nombreuses pathologies chroniques. Ci-dessous, je vais surtout m’intéresser à la partie anti-bactérienne et sur le microbiote puisque c’est qui me paraît le plus pertinent dans le cadre des maladies chroniques. J’aborderais quelques autres points dont l’action sur le diabète de type 2 ou encore les maladies cardiaques sans trop rentrer dans le détail. Sinon l’article serait beaucoup trop long et on va en avoir pour toute la nuit.

=> Les infections (Bactéries, Virus et levures/champignons)

La berbérine est employée depuis plus de 2 500 ans dans les médecines traditionnelles ayurvédique et chinoise pour ses propriétés antibactériennes, antifongiques, antivirales et anti-parasitaires. Comme elle n’est que très peu absorbée par les intestins, son action va se concentrer principalement sur le rétablissement de l’équilibre de la microflore intestinale. Elle est ainsi particulièrement efficace contre les troubles intestinaux dont les diarrhées d’origine bactériennes, les différents types de parasites (Giardiase, leishmaniose…) et surtout les fameuses infections fongiques avec en tête le fameux candida albicans (responsable de la candidose chronique)(2). De son côté, Stephen Buhner (herboriste reconnu mondialement) la préconise dans le cadre de la maladie de Lyme et pour détruire la Chlamydia dans le caecum de l’intestin.

Voici une liste de quelques bactéries sensibles à la Berbérine :

Microbiote-intestinal
  • Staphylocoques,
  • Streptocoques (3)
  • Helicobacter pylori,
  • Escherichia coli,
  • Klebsiella pneunomiae,
  • Salmonnelles,  
  • Chlamydias,
  • Pseudonomas,
  • Mycoplasmes tels que M. hominis et ureaplasma urealyticum

Concernant son activité antivirale elle n’est pas en reste puisqu’elle présente une activité sur des virus comme l’herpès (4), l’hépatite B et C, le cytomégalovirus (5), le virus Zika, la dengue, la fièvre jaune ou encore trichomonas vaginalis.

Ainsi en s’attaquant aux mauvaises bactéries, virus, parasites et levures/champignons qui colonisent l’intestin, la berbérine va permettre de favoriser les bonnes bactéries pour ramener l’équilibre (eubiose) du microbiote intestinal (6).

=> Le microbiote et la barrière intestinale

Son action anti-bactérienne est donc importante pour assainir la flore intestinale, mais ce n’est pas tout. En effet, la berbérine stimule les récepteurs amers dans tout notre tube digestif, stimule naturellement la sécrétion de bile, et surtout elle aide à améliorer l’intégrité des jonctions épithéliales de l’intestin. Vous savez, ces petits bidules qui sont censés être serrés et qui scellent l’espace entre les cellules pour créer la barrière intestinale. Ce qui va nous permettre de diminuer la perméabilité intestinale ! Pour ceux qui connaissent les réactions d’Herxheimer, il semblerait même que la berbérine empêche les mauvaises bactéries de libérer des toxines dans les intestins.

Pour finir sur la partie microbiote, la berbérine possède aussi des propriétés anti-inflammatoires permettant de diminuer les symptômes et donc les douleurs de maladies intestinales handicapantes comme la rectocolite ou encore le syndrome du colon irritable. Les dernières recherches suggèrent fortement que la berbérine régulerait la voie inflammatoire du diabète en altérant la flore intestinale (7). Quand je vous dis que tout est lié !

En bref, retenons que la berbérine est une vraie panacée pour les intestins. Et que c’est l’action de la berbérine sur la modification de la flore intestinale qui provoque autant de bénéfices pour la santé.

=> Le diabète de type 2

‌Clairement, la berbérine est un atout pour lutter contre le diabète puisqu’elle permet de réguler le taux de sucre sanguin (Glycémie). En régulant la Glycémie, la berbérine s’avère aussi efficace que la metformime, le médicament allopathique pour augmenter la sensibilité des récepteurs à l’insuline et donc lutter contre le diabète de type 2. (8) Ce qui lui permet de mener à bien son rôle hypoglycémiant en cas d’excès de sucre dans le sang.

Il est intéressant également de souligner le rôle anti-inflammatoire de la berbérine mis en jeu dans le diabète. En effet, certaines cytokines (des molécules inflammatoires) augmentent la résistance des cellules à l’insuline. C’est là qu’interviendrait la berbérine en bloquant le mécanisme qui déclenche la libération des cytokines‌. Limitant ainsi la réaction inflammatoire dans l’organisme. (9)

Voici également une liste des principaux autres intérêts thérapeutiques de la berbérine :  

  • Les problèmes cardiovasculaires (hypo-tenseur, hypo-glycémiant, vasodilatateur et anti-arythmique)
  • Métabolisme des lipides (Diminue le taux de mauvais cholestérol)
  • Les pathologies ostéo-articulaires et arthrites,
  • La perte de poids,
  • La santé mentale et vieillissement,
  • Le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques),
  • Cancer,

Les différentes formes de berbérine


J’ai tendance à toujours privilégier les formes les plus naturelles possibles pour la prise des plantes et des molécules issues des plantes. Dans ce cas on peut trouver des baies séchées dans le commerce mais leur teneur en berbérine est bien trop faible pour avoir un effet thérapeutique. Pour retrouver toute l’efficacité de la berbérine, il faudra donc se tourner vers des compléments alimentaires sous forme sous gélules ou en poudre. Les gélules sont généralement dosées à 300mg ou 500 mg.


Posologie – Comment prendre la berbérine ?


La demi-vie de la berbérine est plutôt faible, puisqu’elle est de l’ordre de 4 heures. Il faudrait donc idéalement répartir les doses en 3 prises journalières. Pour ce qui est des doses quotidiennes, les thérapeutes et les marques préconisent généralement des doses comprises entre 500 mg à 1 500 mg par jour.

A mon sens, il vaut mieux se tourner vers les gélules dosées à 300 mg et et prendre une gélule avant chaque repas. Ce qui nous fait donc un total de 900 mg par jour ce qui suffit largement pour profiter des bienfaits de la berbérine. Certaines marques proposent des prises de 1500 mg par jour, mais encore une fois à mon humble avis on se rapproche du surdosage et d’une dose bien trop conséquente à mon avis.

J’ai toujours fait ainsi et je n’ai jamais eu d’effets secondaires donc je pense que la stratégie est bonne ! De mémoire je crois même avoir commencé à 600 mg par jour, donc vraiment allez-y molo.


Contre indications ?


Magnésium

En règle générale, la berbérine est une molécule ne présentant pas de danger et est considérée comme sûre et bien tolérée. Mais comme pour toutes les plantes médicinales, les extraits de berbérine d’épine-vinette présentent des précautions d’emplois, des risques de surdosage et d’interaction avec d’autres plantes et médicaments. Quoi qu’il en soit, il est toujours conseillé de demander l’avis d’un médecin avant toute consommation de berbérine, surtout si l’on prend d’autres traitements afin d’éviter toute interaction.

Globalement je vous dirais d’éviter pendant la grossesse et l’allaitement, en cas de jaunisse, en accompagnement d’un traitement antibiotique aux tétracyclines (ex: doxycycline) ainsi que pendant une chimiothérapie.


Le choix de la rédaction


Concernant mon choix pour ce qui est de la marque et du produit, j’aime beaucoup la berbérine de chez Dynveo. Déjà parce que je l’ai testée mais aussi parce que je connais la marque pour en avoir fait un dossier dédié pour SociaLyme. Les procédés sont nickels que ce soit au niveau fabrication, de la provenance et surtout de la qualité du produit. La Berbérine Hcl Dynveo en tant que tel est bien évidemment garantie sans excipient et sans additifs, il n’y a que de la poudre de Berbérine pure dans la gélule, non irradiée, sans levures, sans gluten, sans dérivés laitiers, sans colorants ni conservateurs. Elle est extraite de l’épine vinette « Berberis Vulgaris », dont l’extrait est standardisé et contrôlé à plus de 98 % de pureté.

Je n’ai pas trouvé mieux pour ma part donc je vous recommande celle-ci ! J’ai aussi un code promo chez eux d’un montant de 10%, c’est toujours ça de pris :p


Le mot de la fin


Voilà c’est fait, je voulais vraiment vous parler de la berbérine car elle me paraît être indispensable dans une stratégie globale de lutte contre les maladies chroniques. Notamment celles qui trouveraient leurs origines (ou en tout cas une partie) dans les intestins. La berbérine se révèle être d’une aide particulièrement précieuse pour assainir la flore intestinale des nombreuses bactéries, virus, levures (candida albicans) et autres parasites nocifs. Pour ma part, c’est une de mes plantes préférées dont les mécanismes sont assez complexes mais les bienfaits au rdv. J’espère qu’elle vous sera aussi utile qu’elle l’a été pour moi.

Portez vous bien,

Disclaimer : SociaLyme ne se substitue pas à une consultation Médicale. Il est indispensable de consulter son médecin généraliste en cas de maladie chronique avérée. Cet article, n’est pas destiné à diagnostiquer ou soigner. Les informations fournies sont destinées à informer, et non pas à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. Toute utilisation des articles, outils ou conseils décrits sur le site ne peuvent se faire que sous votre propre responsabilité. La responsabilité des rédacteurs, des diététiciennes et des nutritionnistes qui ont écrit cet article, ne pourra être engagée en cas d’utilisation des méthodes et/ou conseils décrit ci-dessus.

Sources :

  • Liu CS, Zheng YR, Zhang YF, Long XY, « Research progress on berbérine with a special focus on its oral bioavailability », Fitoterapia, vol. 109,‎ 2016, p. 274–82 (PMID 26851175, DOI 10.1016/j.fitote.2016.02.001)
  • Dhamgaye S, Devaux F, Vandeputte P, Khandelwal NK, Sanglard D, Mukhopadhyay G, et al. (2014) Molecular Mechanisms of Action of Herbal Antifungal Alkaloid Berberine, in Candida albicans. PLoS ONE 9(8): e104554.
  • Zorić et al. BMC Complementary and Alternative Medicine (2017) 17:268.
  • Chin, L.W., Cheng, Y., Lin, S. et al. Anti-herpes simplex virus effects of berbérine from Coptidis rhizoma, a major component of a Chinese herbal medicine, Ching-Wei-San. Arch Virol 155, 1933–1941 (2010).
  • Kyoko Hayashi, Kazuki Minoda, Yasuo Nagaoka, Toshimitsu Hayashi, Shinichi Uesato,Antiviral activity of berbérine and related compounds against human cytomegalovirus,Bioorganic & Medicinal Chemistry Letters,Volume 17, Issue 6,2007,Pages 1562-1564
  • Han, Junling & Lin, Huiling & Huang, Weiping. (2011). Modulating gut microbiota as an anti-diabetic mechanism of Berberine. Medical science monitor : international medical journal of experimental and clinical research. 17. RA164-7. 10.12659/MSM.881842.
  • berbérine alleviates type 2 diabetic symptoms by altering gut microbiota and reducing aromatic amino acids
  • Yin J, Xing H, Ye J. Efficacy of berbérine in patients with type 2 diabetesmellitus. Metabolism. 2008 May;57(5):712-7.
  • Lou, T., Zhang, Z., Xi, Z. et al. berbérine Inhibits Inflammatory Response and Ameliorates Insulin Resistance in Hepatocytes. Inflammation 34, 659–667 (2011). https://doi.org/10.1007/s10753-010-9276-2
Tags:
nutriting bannière

©2021 SociaLyme créé avec ❤️

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer