Le Chardon marie vertus et propriétés

Le chardon-Marie


Sommaire


Le chardon-marie est l’une des toutes premières plantes, si ce n’est la première, qui a croisé mon chemin et éveillé mon intérêt grandissant pour la phytothérapie. Autant vous dire d’emblée que c’est une plante que j’affectionne tout particulièrement et qui me suit à peu près partout depuis lors. Elle fait d’ailleurs entièrement partie de mes routines quotidiennes pour ses vertus détoxifiantes et protectrices du foie. En effet, le chardon marie a attiré mon attention car c’est LA plante essentielle pour tout ce qui concerne les problèmes liés à la sphère hépatique. S’il n’y avait qu’une chose à retenir ce serait justement ce super pouvoir sur le foie, organe tellement important dans le cadre de la plupart des maladies chroniques ! Et qu’il faut chouchouter autant que faire se peut. Bien sûr, le chardon marie recèle de nombreux autres secrets que je me ferais un plaisir de vous présenter dans cet article qui lui est tout particulièrement dédié.


La légende du chardon-marie


Le chardon Marie (Silybum marianum) fait partie de la famille des Astéracées, il s’agit d’une plante bisannuelle de taille légèrement supérieure à 1 mètre et dont les feuilles couleur pourpre sont munies d’épines acérées. Aïe! Elle affectionne les régions chaudes et ensoleillées aux sols arides d’où sa présence sur le contour méditerranéen. Dès l’Antiquité, les Grecs (Pline l’Ancien ça vous parle sans doute !) l’utilisaient comme plante médicinale pour soigner les troubles hépatiques et éliminer les excès de bile. Un peu plus tard, au Moyen-Âge le chardon marie fut réputé pour chasser la mélancolie ou «bile noire» qu’on associait aux maladies hépatiques. Quoiqu’il en soit, son efficacité et la légende qui entoure cette plante et ses vertus sont particulièrement intéressantes. Voyez plutôt : la légende voudrait que la Vierge Marie au cours de son exode pour échapper aux soldats d’Hérode aurait caché précipitamment Jésus dans un buisson alors qu’elle était en train de l’allaiter. Ce faisant, elle fit tomber quelques gouttes de lait sur des feuilles de chardon.

Depuis, les taches blanches qui apparurent sur le Chardon sont devenus celles de la vierge et la plante prit la dénomination de «Chardon Marie». Pour la remercier d’avoir si brillamment caché Jésus, Dieu récompensa la plante en lui faisant don de nombreuses propriétés thérapeutiques. Évidemment dans notre cas ce n’est pas tant le folklore ou la religion qui nous intéressent le plus mais sait-on jamais s’il vous venait l’envie de frimer ou de séduire un(e) phytothérapeute, un(e) naturopathe ou n’importe quel autre apprenti sorcier(iere) en herbes 😉


Définition et mode d’action


Le principal constituant du chardon marie est la Sylimarine. Il s’agit d’un flavonoïde qui regroupe 3 principes actifs : la silychristine, la silybine et la silydianine. Ils sont à l’origine des qualités médicinales de cette plante. Concernant les propriétés thérapeutiques, le chardon marie est réputé être un excellent cholagogue (facilite l’évacuation de la bile), décongestionnant hépatique et par-dessus tout la Sylimarine est une puissante substance hépato-protectrice. Permettant au foie de rendre ses membranes imperméables aux toxiques absorbés (médicaments, métaux lourds, poisons, alcool…). Le chardon-Marie préserve donc le foie, le protège et stimule sa régénération cellulaire. C’est pourquoi on l’utilise dans de le traitement de nombreux troubles du foie tels que par exemple : l’hépatite, l’ictère, la dyspepsie, les calcules biliaires ou encore la cirrhose (virale ou alcoolique). Dans le cadre de la maladie de Lyme et des maladies chroniques, il va protéger le foie et faciliter ses fonctions d’élimination et de détoxification. Sa prise à long terme permet d’éviter ou de minimiser les réactions d’Herxheimer que les malades de Lyme ne connaissent que trop bien. La plante présente également la particularité de restaurer les cellules hépatiques (cellules du foie) et à ce titre préserverait des dommages causés par les chimiothérapies. Le chardon marie sait également se rendre efficace pour la santé cardiovasculaire mais aussi dans le cadre du diabète puisqu’il améliore le contrôle de la glycémie en réduisant les taux de cholestérol et de triglycérides sanguins.

Autre point intéressant, le chardon marie a un rayon d’action remarquable sur la sphère intestinale. Il permet notamment d’éviter les vers intestinaux et surtout de purifier les intestins du candida albicans qui rappelons-le est souvent à l’origine de nombreux désordre (notamment la candidose chronique). C’est le cas notamment de la dysbiose (déséquilibre du microbiote intestinal en faveur des mauvaises bactéries) qui met à mal la flore intestinale et participe à de nombreux symptômes plus que gênant bien connu des maladies chroniques à composante inflammatoire et auto immune.

D’autre part, puisque 70 à 80 % de notre système immunitaire est lié aux intestins, l’action du chardon marie va de fil en aiguille participer au renforcement du système immunitaire. L’amélioration progressive des organes digestifs et dépuratifs va notamment engendrer la production de globules blancs et de globules rouges bien plus qualitatifs. Bien évidemment Rome ne s’est pas construite en un jour, donc il faudra laisser du temps au temps en cas de cure de chardon marie.

Pour profiter au maximum des effets thérapeutique, il faut privilégier les extraits de graines mûres qui présentent les plus grandes concentration en Sylimarine. Ces dernières sont également riches en lipides et en phytostérols. Le chardon marie possède également des vertus anti-oxydantes et s’avère efficace pour lutter contre le stress oxydatif via sa concentration en flavonoïdes et flavonolignanes.


Quelles sont les Propriétés du Chardon Marie ?


  • Hépato-protecteur
  • Régénérateur cellulaire du foie
  • Augmente la sécrétion biliaire
  • Décongestionnant hépatique
  • Cholagogue
  • Protecteur de l’immunité
  • Anti-oxydant
  • Chimio-protecteur du foie
  • Stimulant la lactation (galactogène)
  • Antiallergique
  • Favorise la santé cardiovasculaire
  • Aide au contrôle de la glycémie

Comment choisir le chardon marie ?


Plusieurs options s’offrent à vous en fonction de vos besoins et de vos préférences. Personnellement j’ai longtemps pratiqué la tisane de chardon marie mais il est vrai que le goût n’est pas forcément très agréable pour tout le monde. Cependant, le plus gros hic vient des substances actives de la plante qui sont bien plus efficaces en gélules qu’en tisane. Les concentrations sont plus fortes dans les formes galéniques qui concentrent bien plus de silymarine. C’est également plus pratique pour savoir combien on en a consommé. Bref, j’aurais donc tendance à favoriser les gélules pour leur praticité et surtout pour les vrais problématiques liées au foie qui nécessitent de mieux suivre les quantités ingurgitées. Par exemple, si l’idée est d’en consommer pour accompagner une chimiothérapie, les doses prescrites sont généralement plus élevées et dépassent les 400mg par prise. Dose qu’il sera somme toute assez difficile d’atteindre avec des tisanes… Voilà voilà.

On choisit donc le Chardon marie :

=> Bio dans des gélules d’origine végétale

Pour ce qui est de la qualité du chardon marie, faut-il encore préciser qu’il est impératif de se diriger vers les plantes bio ?! Si oui et bien c’est un conseil à suivre ! Pour rappel, une culture bio c’est le gage d’un chardon marie sans pesticide, sans OGM, sans herbicide… Des gélules végétales sont également la garantie de ne pas contribuer à l’élevage industriel animal intensif. Puisque les gélules utilisent généralement des restes de ces industries. Si en plus on peut privilégier une provenance européenne c’est encore mieux puisqu’on va essayer de limiter les flux logistiques mondiaux tellement polluants. Mais ça chacun en prendra ses propres responsabilités, ce n’est que mon avis personnel 😉

=> Avec un extrait de 70 à 80 % minimum en Silymarine pour profiter des allégations de santé officielles

En 1989, la Commission Européenne a approuvé l’usage de l’extrait normalisé à 70-80% de silymarine pour tout ce qui a trait au traitement des intoxications hépatiques et comme adjuvant en cas d’hépatite et de cirrhose du foie. En 2002, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) a reconnu sensiblement les mêmes usages. Pour ma part, je dirais même qu’il faut aller plus loin et s’orienter vers des compléments alimentaires qui sont titrés à plus de 80% pour des effets thérapeutiques.

=> Vérifier la concentration en Silybine

La Silybine est le principal principe actif de la Silymarine, il faudra donc avoir l’œil aguerri pour vérifier le dosage. Malheureusement, les marques ont tendance à ne pas communiquer sur cette fameuse teneur en Silybine. Que c’est dommage, car il s’agit là de la molécule qui possède la plus grande partie de l’action thérapeutique du chardon marie…. Bref, on essaye de trouver un produit titré aux alentours des 30 % en Silybine c’est déjà super ! Si ce n’est pas indiqué, il y a de fortes chances que vous achetiez du chardon marie qui n’aura pas les effets thérapeutique escomptés. Passez donc votre chemin !

=> Le mode d’extraction

Autre point clé, vérifier que le mode d’extraction de l’extrait sec de chardon marie soit certifié sans méthanol et autres types de solvants alcooliques néfastes. Il existe également une étape de dégraissage des graines mûres de chardon marie avant l’extraction. Lors de cette étape nombre de producteurs utilisent un solvant, l’hexane. Il faudra préférer un procédé mécanique à froid si disponible. N’hésitez pas à poser la question au revendeur je suis sûr qu’il se fera un plaisir de vous répondre. Ou de vous mettre à la porte…. 😉

=> L’emballage/Conditionnement

Oui je sais que ça peut paraître lourd de tout checker et de s’intéresser aux moindres détails d’un complément alimentaire. Mais figurez-vous, que l’emballage est un point important qui nous concerne tous. S’il l’on peut choisir un conditionnement écologique ou à minima recyclable c’est d’une certaine façon œuvrer pour un meilleur monde en diminuant drastiquement notre empreinte sur l’environnement. Or c’est un peu pour ça qu’on se bat n’est ce pas ? Guérir, vivre mieux et penser à l’air que l’on respire et à l’eau que l’on boit. Donc, un grand oui pour choisir un conditionnement en respect avec la nature !!!


Comment prendre le chardon marie ? Préparations/Usages


Vous l’aurez compris, la forme galénique (en gélules) est probablement la plus simple et la plus adaptée pour le grand nombre. Il existe cependant des alternatives comme la teinture mère qui peut aussi valoir le coup en fonction des cas. A vous de pondérer :

En gélules : Chardon-Marie Bio (Silybum marianum) titré à minimum 80 % de Sylimarine avec généralement des doses de 140 à 210 mg de principes actifs par gélule. A prendre trois fois par jour en cure avant ou pendant les repas. C’est la forme la plus efficace avec les extraits de plantes fraîches. Vous pouvez regarder du côté du chardon marie Bio Dynveo.

En Décoction : La semence de chardon-Marie se prépare en décoction (80 grammes par litre à ébullition durant 10 minutes).

En teinture mère ou extrait de plantes bio : Exemple de cure, boire 15 gouttes matin et soir, après le repas, à diluer dans l’eau. L’extrait bio d’Herbagénèse semble tout indiqué.

Dans la nourriture : On peut également concasser les graines mûres pour les manger dans une salade ou sur une cuillère de miel. Disons que c’est plus pour un usage prophylactique léger.

Quelle que soit la forme choisie, on pourra privilégier une cure de 2 à 3 mois dans un premier temps pour voir si les résultats sont au rendez-vous. A valider avec votre thérapeute. Cela devrait permettre au chardon marie d’agir en profondeur sur le foie et les fonctions de détoxification de l’organisme et sur l’élimination des toxines et déchets. Une pause de quelques jours devrait être envisagée pour alterner avec une autre plante mais ce n’est pas obligatoire puisque la plante ne présente pas vraiment d’effets secondaires.


Les effets secondaires


Magnésium

Comme vu plus haut, la plante est relativement sécuritaire et bien connu dans son usage depuis des millénaires. Par principe de précaution on devrait éviter de l’utiliser chez les enfants et les femmes enceintes même si cela ne devrait pas causer d’effets particuliers. Vous pourrez éventuellement vous attendre à une augmentation des selles vu que la plante va faire travailler les organes d’éliminations (Foie, intestins, colon, estomac, bile…). Rien de bien méchant !

PS : Contre indication en cas d’allergie aux Astéracées ou d’hypertension. Les personnes ayant un terrain allergique ou sensibles à des plantes du type marguerite, l’asters ou encore la camomille, devraient s’abstenir de toute cure de chardon marie. Je vous aurai prévenu !


Le choix de la rédaction


Au regard de toute les exigences que je recherche dans le chardon marie idéal, je dirais que le choix est assez vite fait. En effet, sur le marché il n’y a pas un choix aussi énorme que cela quand on cherche un produit Bio, fortement titré en Silymarine et en Silybine et qui en plus de cela respecte les conditions d’extractions sans solvants. A ce titre, mon choix s’est porté vers deux produits, l’un de chez Dynveo (mon 1er choix) et l’autre de chez Orfito, tout deux sous la forme galénique (gélules végétales) et issus de l’agriculture Biologique. On pourrait en ajouter un troisième, l’extrait de chardon marie bio de la marque française Herbagénèse, sous forme de teinture mère qui semble tout à fait correct également. Mais probablement plus compliqué à gérer en terme de dosage quotidien. Vous m’en direz donc des nouvelles.

Vous l’aurez donc compris, le chardon marie c’est presque une plante miracle qui lutte à merveille contre les désagréments de notre rythme de vie moderne. Elle a une place très particulière dans ma pharmacie et je ne pourrais que trop la conseiller pour assainir le corps des toxines accumulées depuis des années. Vraiment un must Have et encore plus dans le cadre des maladies chroniques ou civilisationnelles !!!

Bonne cure, et n’oubliez pas Chardon marie un jour, chardon marie toujours !

Portez vous bien,

Sources :

Ahmed-Belkacem, A., Ahnou, N., Barbotte, L. et al. Silibinin and related compounds are direct inhibitors of hepatitis C virus RNA-dependent RNA polymerase. Gastroenterology. 2010; 138: 1112–1122. Ramasamy K, Agarwal R (2008) Multitargeted therapy of cancer by silymarin. Cancer Lett. 269 (2), 352–362

Velussi, M., et al., Long-term (12 months) treatment with an anti-oxidant drug (silymarin) is effective on hyperinsulinemia, exogenous insulin need and malondialdehyde levels in cirrhotic diabetic patients. J Hepatol, 1997. 26(4): p. 871-9.

Luper S. A review of plants used in the treatment of liver disease: part 1. Altern Med Rev. 1998 Dec;3(6):410-21. Review.

AHRQ Evidence-Based Clinical Information. Evidence Reports, Milk Thistle: Effects on Liver Disease and Cirrhosis and Clinical Adverse Effects. Etats-Unis, 2000.

Jacobs BP, Dennehy C, et al. Milk thistle for the treatment of liver disease: a systematic review and meta-analysis.Am J Med 2002 Oct 15;113(6):506-15.

Milk thistle for alcoholic and/or hepatitis B or C virus liver diseases. Rambaldi A, Jacobs BP, Gluud C. Cochrane Database Syst Rev. 2007 Oct 17;(4):CD003620. Review.

An updated systematic review with meta-analysis for the clinical evidence of silymarin. Saller R, Brignoli R, et al. Forsch Komplementmed. 2008 Feb;15(1):9-20. Review.

Ball KR, Kowdley KV. A review of Silybum marianum (milk thistle) as a treatment for alcoholic liver disease. J Clin Gastroenterol. 2005 Jul; 39(6):520-8.

Mayer KE, Myers RP, Lee SS. Silymarin treatment of viral hepatitis: a systematic review. J Viral Hepat. 2005 Nov; 12(6):559-67.

Toward the definition of the mechanism of action of silymarin: activities related to cellular protection from toxic damage induced by chemotherapy. Comelli MC, Mengs U, et al. Integr Cancer Ther. 2007 Jun;6(2):120-9. Review.

Clinical applications of Silybum marianum in oncology. Greenlee H, Abascal K, et al. Integr Cancer Ther. 2007 Jun;6(2):158-65. Review.

Chemopreventive efficacy of silymarin in skin and prostate cancer. Deep G, Agarwal R. Integr Cancer Ther. 2007 Jun;6(2):130-45. Review.Advances in the use of milk thistle (Silybum marianum). Post-White J, Ladas EJ, Kelly KM. Integr Cancer Ther. 2007 Jun;6(2):104-9. Review.

Katiyar SK, Silymarin and skin cancer prevention : Anti-inflammatory, antioxidant and immunomodulatory effects (Review), International Journal of Oncology 2005; 26 :169-176. Review.

The efficacy of Silybum marianum (L.) Gaertn. (silymarin) in the treatment of type II diabetes: a randomized, double-blind, placebo-controlled, clinical trial. Huseini HF, Larijani B, et al. Phytother Res 2006;20;1036-9.

Long-term (12 months) treatment with an anti-oxidant drug (silymarin) is effective on hyperinsulinemia, exogenous insulin need and malondialdehyde levels in cirrhotic diabetic patients. Velussi M, Cernigoi AM, et al. J Hepatol. 1997 Apr;26(4):871-9.

Zuber R, Modriansky M, et al. Effect of silybin and its congeners on human liver microsomal cytochrome P450 activities.Phytother Res 2002 Nov;16(7):632-8.

Piscitelli SC, Formentini E, et al. Effect of milk thistle on the pharmacokinetics of indinavir in healthy volunteers.Pharmacotherapy 2002 May;22(5):551-6.

Mills E, Kumanan W, et al. Milk thistle and indinavir: a randomized controlled pharmacokinetics study and meta-analysis. Eur J Clin Pharmacol 2005 Jan; 61:1-7.

Barzaghi N, Crema F, et al. Pharmacokinetic studies on IdB 1016, a silybin- phosphatidylcholine complex, in healthy human subjects.Eur J Drug Metab Pharmacokinet 1990 Oct-Dec;15(4):333-8.

Milk thistle in liver diseases: past, present, future. Abenavoli L, Capasso R, Milic N, Capasso F. Phytother Res. 2010 Oct;24(10):1423-32.

Antimetastatic efficacy of silibinin: molecular mechanisms and therapeutic potential against cancer. Deep G, Agarwal R. Cancer Metastasis Rev. 2010 Sep;29(3):447-63.

Nutrivita

©2020 SociaLyme créé avec ❤️

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?