Vitamine C : dossier spécial

La Vitamine C : Dossier Spécial


Sommaire


Au delà de sa popularité et de ses bienfaits présumés sur l’organisme, il faut tout d’abord rappeler que la Vitamine C est tout simplement indispensable au bon fonctionnement de notre corps. Or, petit détail qui vaut son pesant d’or, notre organisme ne sait pas la synthétiser (en d’autres termes, la fabriquer). Pourtant, en ces temps incertains de Coronavirus, on entend souvent parler de cette fameuse vitamine C et de son importance sur le renforcement du système immunitaire. Pour faire le plein donc, il faudra puiser cette vitamine dans notre alimentation quotidienne et plus précisément dans les fruits et des légumes abondants en Vitamine C. Malheureusement, dans certains cas, notre rythme de vie et nos habitudes nutritionnelles ne nous permettent pas de combler nos besoins quotidiens en Vitamine C. Dans d’autres cas, je pense notamment dans le cadre d’une approche thérapeutique des maladies chroniques (cancer, maladie de lyme, fibromyalgie…), les doses présentes dans l’alimentation ne seront pas suffisantes. Dès lors, il sera nécessaire de se tourner vers un complément alimentaire riche en Vitamine C qui permettra de répondre aux objectifs médicaux fixés. Dans ce dossier spécial dédié à la Vitamine C, nous allons faire le point sur son fonctionnement, son intérêt, ses champs d’actions et ses vertus thérapeutiques. Mais pas seulement, puisqu’une fois que vous serez convaincus de ses bienfaits, il faudra encore et surtout s’interroger sur LA question clé. A savoir, comment la choisir efficacement pour avoir de la bonne qualité, profiter de ses vertus et tout cela sans surcharger son porte monnaie ? Suivez-moi, c’est par ici que ça se passe.


La vitamine C, qu’est-ce que c’est ?


Ce stéréo-isomère de l’acide ascorbique peut être appelé acide L-Ascorbique mais qui est plus communément désigné sous le nom de Vitamine C. Il s’agit d’une vitamine hydrosoluble (soluble dans l’eau) indispensable pour le métabolisme de l’être humain. Elle est principalement absorbée au niveau de l’intestin grêle, mais aussi au niveau de la bouche et de l’estomac dans des quantités bien plus faibles. Contrairement à celui de la plupart des mammifères notre organisme ne la synthétise pas et doit donc s’en procurer via l’alimentation. Curieusement et pour l’anecdote, il s’agit d’un privilège que nous avons malheureusement perdu au cours de notre évolution Darwinienne. La faute à une prétendue mutation génétique, survenue il y a quelques 40 millions d’années, empêchant la transformation du glucose en acide ascorbique. C’est quand même ballot…


Un peu d’histoire ?


Pour la petite histoire, la découverte de la Vitamine C est intimement liée à une maladie qui faisait des ravages chez les marins : le Scorbut. Nous voilà donc plongé tout droit en 1747 à bord d’un navire anglais. James Lindt, médecin de la flotte royale britannique, embarqué depuis plusieurs semaines, doit faire face à cette terrible maladie qui provoque des saignements, des œdèmes et tout simplement la mort. Il tente alors une expérience improbable : il administre de grandes doses quotidiennes de jus de citron à l’équipage du navire. Le résultat est sans appel, après plusieurs jours les marins sont miraculeusement guéris ! Sans le savoir le Dr. James Lindt vient de poser les bases de l’intérêt de la science pour la Vitamine C.

Bien évidement ce n’est que deux siècles plus tard, et plus précisément en 1914 que le lien entre la molécule présente dans certains fruits et le scorbut sera établit scientifiquement. La vitamine C ne sera isolée qu’en 1928 par le scientifique hongrois Albert Szent-Gyorgyi (futur prix Nobel de médecine et physiologie en 1937) puis synthétisée artificiellement en 1934 par Tadeusz Reichstein et Walter Norman Haworth (prix Nobel de chimie 1937). Mais s’il y a bien une personne à qui la Vitamine C doit toute se popularité c’est sans nul doute à un scientifique américain Linus Pauling (Double prix Nobel) qui n’aura de cesse de vanter les mérites de la vitamine C sur la santé dés 1969. Depuis, ses recherches sont toujours poursuivies dans l’insitut Linus Pauling (Université de L’Oregon) et bon nombre de ses hypothèses sur la Vitamine C ont été confirmées.


Vitamine C naturelle ou Synthétique ?


Vitamine C Cassis

Dans le commerce on retrouve fréquemment la Vitamine C sous deux formes : naturelle et synthétique. La vitamine C naturelle est celle issue de fruit, comme l’acérola. La forme synthétique (sous forme d’acide L-ascorbique) est, quant à elle, obtenue en laboratoire par un procédé de fermentation du maïs. Qu’elles soient naturelles ou synthétiques, ces deux molécules sont parfaitement équivalentes et confèrent les mêmes effets dans l’organisme. La seule différence réside dans le prix très accessible de la vitamine C de synthèse contrairement à la vitamine C naturelle dont les prix sont particulièrement démesurés. Il est également important de noter que les compléments à base de vitamine C synthétique ont une bien meilleure teneur en vitamine C ! En effet, le taux de vitamine C des comprimés ou poudre d’acérola est généralement compris entre 17% et 25%, alors qu’il est de 100% pour la vitamine C en poudre. Un bon conseil serait donc de s’orienter vers les formes de Vitamine C moins chères pour une qualité égale !


Quelles sont les vertus de la Vitamine C ?


C’est ici que les choses se corsent… En effet, la vitamine C est un peu beaucoup la superstar des vitamines. Nous allons bientôt voir en détail d’où lui vient cette réputation de vedette. Mais en tant que Superstar dans nos esprits, elle se doit d’être à la hauteur et de répondre à de nombreuses rumeurs et vérités sur son champs d’action. Aussi, nous pouvons déjà l’introduire en soulignant son importance capitale pour le métabolisme de l’être humain et plus spécifiquement son rôle indispensable sur de nombreuses réactions chimiques dans l’organisme. Réactions qui vont avoir un impact conséquent sur notre bonne santé et notamment sur notre système immunitaire et nos défenses contre les infections (Virus, Bactéries…).

Voici donc les fameuses propriétés à retenir qui rendent la Vitamine C si indispensable à notre organisme :

  • Renforce le système immunitaire
  • Protège des radicaux libres (puissant antioxydant)
  • Favorise l’absorption du fer
  • Réduit la fatigue
  • Freine le vieillissement cellulaire
  • Stimule la synthèse du collagène
  • Lutte contre les infections
  • A un effet positif contre l’hypertension artérielle
  • Active la cicatrisation des plaies
  • Participe à la formation des globules rouges

Une carence importante en vitamine C se traduit généralement par un scorbut comme nous l’avons dit plus haut, heureusement dans nos modes de vie actuels, nous en sommes généralement assez loin !


Quelles sont les sources alimentaires de la Vitamine C ?


Nous l’avons vu, pour apporter à l’organisme de la vitamine C via l’alimentation il sera nécessaire de s’orienter vers les fruits et les légumes. De préférence, il s’agira de les choisir colorés et de les consommer crus pour profiter de toutes les vitamines qu’ils contiennent. Une des particularités de la Vitamine C est sa délicatesse. Elle est notamment très sensible à la chaleur et à l’eau qui peuvent détruire une grande quantité de Vitamines dans un aliment. C’est pourquoi, une consommation crue est idéale même si une cuisson rapide et légère devrait faire l’affaire également. Concernant la cuisson, il est possible d’opter pour une cuisson à la vapeur via un vitaliseur (par exemple le Vitaliseur de Marion) ou de réaliser des jus à l’extracteur (et non à la centrifugeuse qui tue les vitamines).

Ce sera déjà un excellent début pour apporter des doses de vitamines C à l’organisme. D’ailleurs, par la même occasion cela vous permettra de prendre des bonnes habitudes de cuisson qui contribueront à une meilleure santé globale de votre corps.


Quels sont les aliments riches en Vitamine C ?


Pour vous faciliter la tâche, je vous ai concocté une petite liste des aliments les plus riches en Vitamine C. La teneur est exprimée pour 100 g d’un aliment.

  • Cassis (200 mg)
  • Persil (190 mg)
  • Poivrons rouge, vert et jaune crus (de 120 à 162 mg en fonction de la couleur)
  • Zeste de Citron (120 mg)
  • Kiwi (92,7 mg)
  • Litchi ( 71,5mg)
  • Fraises ( 67mg)
  • Papaye (59,7mg)
  • Chou de Bruxelles ( 58,2 mg)
  • Chou fleur cru (57,9 mg)
  • Cresson ( 56,5 mg)
  • Chou rouge (55 mg)
  • Jus d’orange (53,8 mg)
  • Citron (53 mg)
  • Groseille (40 mg)
  • Orange (39,7 mg)
  • Épinard (39,3 mg)
  • Brocoli cuit (37,3 mg)

Il y a des pièges à éviter. Typiquement et pour l’exemple, surconsommer des jus d’oranges pour la vitamine C est un de ces pièges dans lesquels il ne faut pas tomber. En effet, il y a beaucoup de sucres dans les oranges, donc gare aux excès !!! Variété des apports, modération et régularité seront comme toujours vos alliés.

Source table Ciqual


Comment choisir la Vitamine C ?


Bien évidemment, comme pour tout complément alimentaire, il y aura des embûches à débusquer comme toujours. Je parle là de tout de ce qui concerne de près ou de loin les d’excipients douteux, les additifs et autres édulcorant chimiques. Cela va être le cas des formes sous gélules et des comprimés qui contiennent très souvent ce type d’excipients et qui sont généralement trop peu dosés en vitamine C pour avoir un effet thérapeutique réel. Un des autres éléments clés réside dans le processus de fabrication qui doit fournir un produit 100% pur en acide ascorbique sous forme d‘acide L-ascorbique dextrogyre. Il faut donc tout particulièrement faire attention et éviter la forme lévogyre qui n’a pas les effets vitaminiques suffisants. Globalement vous avez peu de chance de vous tromper puisque cette forme n’a pas le droit de s’appeler Vitamine C. Vous ne devriez pas en trouver sur le marché, mais bon, on ne sait jamais, autant le savoir. Pour ce qui est de la forme, on privilégiera la forme en poudre ou liposomale, afin d’éviter les excipients. La forme liposomale semble certes mieux assimilée, mais coûte 2 à 3 fois plus cher que la vitamine C en poudre. Il s’agira donc d’une question de praticité et de préférence personnelle pour ce qui est du choix. Il vous reviendra également donc de pondérer en fonction de votre porte-monnaie puisque la forme liposomale présente un prix généralement bien plus élevé. Personnellement je préfère la forme en poudre. It’s up you (à vous de voir) !


Le choix de la Rédaction


A la lumière de ces faits et de mes recherches, j’aurai tendance à m’orienter vers la vitamine C en poudre de la marque Nutrivita. Il s’agit là d’une Vitamine C qui répond à tous les critères énumérés dans ce dossier. Elle se présente sous forme d‘acide L-ascorbique dextrogyre, 100% pure, sans Gluten, sans OGM, sans solvants, sans métaux lourds, sans excipients et est parfaitement adaptée aux végétariens et végétaliens. Autre point technico/Scientifique intéressant, la granulométrie surfine de la poudre Nutrivita (de type Mesh 100) lui confère une très bonne solubilité dans les boissons (eau, jus de fruit et smoothies). Ce qui n’est pas pour déplaire. Le rapport qualité/prix, quant à lui, est très bon sur ce complément alimentaire qui est le faire-valoir historique et un produit de base de la marque Nutrivita depuis une dizaine d’années. C’est à mon sens un choix qui se défend et que je recommande pour toute forme de cure en Vitamine C que ce soit à des fins prophylactiques ou thérapeutiques. Elle est disponible sous deux formats, soit 500 g soit 1 kg avec dans chaque pot une cuillère doseuse de 500 mg afin de doser avec facilité les apports. Si vous n’êtes pas un grand fan de poudre, vous serez certainement tenté par la forme liposomale (également disponible chez Nutrivita) mais cela dépendra bien évidement de votre préférence personnelle, de vos besoins et de votre pouvoir d’achat. En somme les deux formes de Vitamine C feront largement l’affaire 😉

Portez vous bien,

Notes : Article sponsorisé

©2020 SociaLyme créé avec ❤️

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?