Cœur Lyme

Je te connais par cœur …


Je m’appelle Julie, naturopathe et micro-nutritionniste, je suis atteinte de la maladie de Lyme, plus précisément de la cardite de Lyme. Par mon vécu, mes expériences, mes recherches et les différentes formations auxquelles j’ai participé, je mets un point d’honneur à prévenir, soutenir et accompagner les personnes atteintes de cette maladie.

Aujourd’hui, il me semble important de vous parler d’un organe que l’on connaît tous mais que l’on ne connaît que très peu. Lorsqu’il commence à manquer à ses fonctions, on comprend à chaque seconde le pouvoir de ce muscle si puissant : Le Cœur.


Qu’est ce qu’un cœur?


– « une simple pompe » me disent les cardiologues.

– « La machine » aux yeux des médecins traitants.

Une simple pompe ? Facile à réparer dans ce cas… Pour certains, sans doute. Mais quand Lyme s’en prend au cœur, les repères disparaissent, ta vie bascule, et la médecine ne comprend pas… La maladie de Lyme vit dans le sang, de ce fait circule au sein de nos différents organes (d’où sa complexité). Cependant, suivant l’atteinte, elle se loge parfois intensément sur une zone. Me concernant, elle avait choisi mon cœur. Ce cœur qui ne m’avait jamais fait défaut. Ce cœur qui m’a fait réaliser des exploits sportifs. Ce même cœur que j’ai appris à dompter, à muscler, par des kilomètres de course à pied. Mais celui qui dès l’enfance a beaucoup souffert, organe clé de nos émotions.


Alors simple pompe ? je ne suis pas d’accord !


Le cœur peut être altéré par ce que le grand public, le monde médical connaît bien : les coronaires. Effectivement, c’est assez classique de nos jours, l’obstruction des artères coronaires par une accumulation de dépôt, qui ainsi provoque ce que l’on appelle un infarctus. Le tabac, le cholestérol, la sédentarité, sont les ennemis du cœur. Les maladies coronariennes sont passées depuis peu devant le cancer de sein, c’est la cause la plus fréquente de maladie chez la femme de nos jours !

Pourquoi ? Pour moi, la raison principale : l’alimentation.

Un des facteur en cause, le développement des grandes surfaces alimentaires ayant largement dominé nos assiettes. Les substances chimiques dites « perturbateurs endocriniens » sont très présentes dans notre environnement (oméga 6 (mauvais gras), sucres, résidus de pesticides et bien d’autres.). De plus, les femmes sont conditionnées par l’éducation, le travail, les tâches ménagères, la culture, les coutumes, l’entourage familial, elles courent après le temps. On ne peut tout cumuler sans incidence. Une autre maladie en lien avec le cœur, l’insuffisance cardiaque très présente dans notre société qui touche de plus en plus de jeunes. Elle peut apparaître à la suite d’une maladie coronarienne, mais aussi et souvent, avec l’âge. Le cœur perd une partie de sa force et de sa contraction normale. Il ne pompe plus assez de sang pour permettre d’apporter aux autres organes l’oxygène nécessaire. Par conséquent apparaît l’essoufflement, la fatigue et parfois des œdèmes sur les membres inférieurs. Elle se traite bien dans le milieu médical, même si à mes yeux il y a énormément de choses a mettre (ou a remettre) en place afin de vivre au mieux avec cette maladie.

Il y a aussi la myocardite (inflammation du muscle cardiaque) et la péricardite (inflammation de son enveloppe, le péricarde), moins fréquentes, moins bien comprises, moins bien soignées… Les causes sont souvent une atteinte virale ou bactérienne. En effet, lorsque l’on contracte un virus on ne peut jamais prédire l’endroit où ce dernier va se loger. Seulement, d’après les statistiques, on a pu constater que le virus trouve facilement sa place sur le muscle cardiaque chez les sportifs. Leur activité cardiaque élevée, entraînant une fragilité cellulaire lors de la rencontre virale. Le sport oui, mais de façon régulière et normale, celui qui vous donnera envie de maintenir le rythme… Pour ma part, j’ai connu ces quatre maladies : l’infarctus, l’insuffisance cardiaque et la myocardite / péricardite. Un vrai honneur à 30 ans !

Pour cela j’ai dû apprendre à connaître mon cœur, et comprendre qu’autour de lui, existait un univers méconnu. J’ai dû apprendre à composer, à lui parler, à le remodeler, à l’écouter, à vivre avec un organe qui à chaque battement me faisait mal. Des maux invisibles, remettant en cause mon corps, mon être et mon état psychologique. J’ai donc décidé de lire, comprendre, expérimenter, les pouvoirs de mon propre cœur. J’ai longtemps voulu me battre contre lui, mais j’ai fini par me battre avec lui. Main dans la main… comme un ami. Un ami qui avec sa force m’a sauvée de la mort en me laissant des cicatrices à vie. Trois belles cicatrices sur ce muscle, mais aussi et surtout des cicatrices psychologiques. Les gens atteints de problèmes cardio-vasculaires me comprendront, pour les autres, protégez ce cœur et celui de vos enfants. Donnez lui les clés pour vivre et battre correctement.


Quelles recommandations ?


Selon L’OMS voici les clés incontournables pour une bonne santé cardiaque (et pas que) :

  • Pratiquer une activité physique régulière, à l’extérieur si possible
  • Manger sainement
  • Se libérer du stress

Mais pour moi, elles ne sont pas complètes et manquent de précisions.

  • Pratiquer du sport régulièrement mais pas intensément
  • Si sport intensif, avoir un suivi cardiologique de qualité, même si vous êtes jeunes
  • Veiller à avoir les bons apports NUTRITIFS par jour

Contrairement à ce que l’on pense, le sportif souvent se nourrit mal. Excès de protéines qui entraînent une saturation rénale. La prise fréquente de boisson énergisante pour booster le cœur. Le manque de légumes au profit des glucides… Pour les sportifs, un rééquilibrage pointilleux s’imposerait afin d’avoir l’énergie, les nutriments et combler les carences qu’entraîne une activité sportive intense. Le physique bien musclé et affiné n’est pas le reflet forcément d’une bonne santé.

A mon sens, voici les grandes lignes directrices d’un bon capital cardiovasculaire :

  • Boire de l’eau mais sans excès
  • Travailler la charge de stress qui est un des éléments nuisible au fonctionnement cardiaque
  • Équilibrer le système hormonal
  • Bâtir un microbiote solide et par conséquent un système immunitaire infaillible
  • Éviter l’alcool et le tabac
  • Soigner toutes les addictions
  • Ne pas faire de sport lorsque l’on est malade, même s’il s’agit d’un simple rhume (précaution!)

Comment la Naturopathie et la Micronutrition peuvent-elles aider à améliorer mon quotidien ?


La Naturopathie revoit votre hygiène de vie dans sa globalité. On utilise des outils alliant l’aromathérapie, la phytothérapie et la gemmothérapie.

Voici quelques uns de mes favoris :

L’aubépine : LA plante du cœur par excellence. Elle aura pour propriété de réguler le rythme cardiaque aussi bien des personnes en tachycardie qu’en bradycardie. Elle régule le stress également et elle est utilisée pour les cœurs brisés émotionnellement. Qui n’a jamais prononcé “ tu m’as brisé le cœur !”. Elle pourra venir en complément d’un traitement médical et surtout s’utiliser sur le long terme. Aucune contre-indication pour la femme enceinte. Elle est d’un grand recours pour les extrasystoles (battements cardiaques supplémentaires qui se produisent en dehors du rythme cardiaque).

Le cornouiller : La plante des artères du cœur. Elle liquéfie le sang et joue un peu le rôle de « fluidifiant ». Elle sera d’un grand recours pour les artères non saines.

Le radicelle de malt favorise l’irrigation des coronaires et aide à la cicatrisation du myocarde. Elle sera utile après un infarctus ou toute autre cicatrice.

L’olivier ferait baisser la tension et par définition aiderait au confort cardiaque.

Le bourgeon d’aulne glutineux améliore la circulation artérielle du cœur et du cerveau

Le bourgeon de peuplier améliore quant à lui la circulation du cœur en aidant au drainage des membres inférieurs. Il sera à utiliser en cas d’artérite, phlébite…

L’ail des ours lutte contre l’agrégation plaquettaire. Il fluidifie le sang et régule l’activité cardiaque. Attention cependant à ses pouvoirs très puissants qui peuvent provoquer des réactions sévères !

Le gui contribue au bon fonctionnement du cœur en régulant l’hypertension.

La bromélaïne aura une grosse action pour les inflammations et les œdèmes au niveau du corps et du cœur aussi. Elle sera d’un grand intérêt dans l’insuffisance cardiaque afin de réduire l’œdème sur les jambes.

Le jus de citron à 17h sera aussi un anti agrégant plaquettaire.

Les huiles essentielles comme l’ylang ylang, la mélisse, le petit grain de bigarade, l’inule sont de précieux outils.


Et la Micronutrition ?


La micronutrition cherche la cause de vos troubles. Elle s’attardera à comprendre quels mécanismes engendrent vos problèmes actuels. C’est pourquoi chaque consultation est personnalisée et chaque conseil individualisé.

On pourra citer tout de même quelques exemples:

– Le magnésium sera renforcé et un supplément pour les personnes cardiaques

– L’ubiquinol, coenzyme q10 agira comme antioxydant cardiaque puissant. Aussi bien à la suite d’un accident cardiaque comme en préventif.

– Si l’origine de vos troubles cardiaques est votre thyroïde, on régulera au maximum cette dernière et on régulera votre rythme cardiaque avec des jus de navet au goûter !

– Si l’origine est bactérienne (Lyme) il faudra réduire ainsi la charge bactérienne et inflammatoire du corps.

– Le meilleur ami du cœur est la betterave, il sera donc important d’en consommer régulièrement sous toutes ses formes afin de le protéger.

Bien sûr les conseils sont sans limite dans ce domaine. La santé du cœur passe par beaucoup de facteurs, en tout cas, l’homéostasie du corps passe par l’assiette. Je pourrais également vous parler longuement des effets néfastes des addictions sur le cœur (anorexie, boulimie, drogue, alcool, tabac…)


Le cœur, reflet de l’âme


Pour terminer sur un thème plus doux, je dirais aussi que le cœur est le reflet de l’âme. Les cardiologues ne seraient pas d’accord avec moi, peu m’importe. Vous ne le savez pas car il ne s’exprime que quand il est trop tard, mais c’est un organe émotionnel épatant.

Quand vous vous énervez, il s’accélère : effet cortisol / adrénaline

Quand vous stressez, il bat étrangement : effet cortisol

Quand vous avez peur, il s’accélère : effet de l‘adrénaline.

Quand vous faites l’amour, orgasme : ocytocine / sérotonine

Quand vous faites un câlin, il s’apaise : endorphine / dopamine / ocytocine

Vous comprendrez qu’une carence dans une de ces hormones, entraîne donc un dérèglement cardiaque. Et puis il existe cette maladie de tako-tsubo: le syndrome du cœur brisé. Simple pompe alors ? En êtes-vous sûrs ? Dans un premier temps oui, mais dans un second temps, non, pas seulement.


Le mot de la fin


Lorsque l’on a eu une ou plusieurs atteintes cardiaques, on ne pourra plus vivre comme avant, plus jamais. Chaque battement, chaque extrasystole nous la ressentons, dans la poitrine, la gorge et nous apprenons à sourire pour masquer notre inquiétude. C’est injuste mais nous devons avancer !

Chaque assiette, chaque nutriment, chaque parole, chaque bouleversement, chaque combat, chaque défi, aura un impact sur votre cœur. Mais il y a un remède, qui a des pouvoirs surprenants sur le cœur et notamment sur sa survie, un remède qu’aucun médecin ne peut vous prescrire. Un médicament bien plus efficace que tout autre médicament parfois : L’amour. C’est lui qui nous guérit, nous apaise. J’espère que ces quelques éléments vont seront utiles pour votre santé cardio vasculaire.

J’y ai mis “tout mon cœur” ! Même si j’ai encore tant à vous dire…

“Le courage, ce n’est pas de trouver la force de se battre, mais de se battre quand on a plus de force ».

Tags:
nutriting bannière

©2022 SociaLyme créé avec ❤️

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer