Bonne Année

Bonne Année bien sur !


Je n’ai pas attendu la covid et notre président pour comparer la maladie (chronique) à une guerre. Et je suis d’ailleurs loin d’être la première à avoir établi ce parallèle tant il est évident. Mais qu’importe. Souffrir de maladie chronique équivaut à vivre une guerre intérieure, et oui, nous le savons, c’est une guerre qui peut être meurtrière.

Oui, la maladie vous assiège. Il y a de nombreux combats, des périodes de trêve et de relative accalmie, des victoires et des retournements de situation. L’ennemi peut être sournois, utiliser vos défenses contre vous, travailler sur le moral de vos troupes, détourner votre ravitaillement, se la jouer guerilla ou attaquer sur tous les fronts, en clair : you are under attack. Vous êtes assiégés. Des siècles d’art de la guerre ont démontré qu’un siège, c’est une bataille qui s’installe dans la durée et dont l’issue n’est jamais certaine. Le moral et le ravitaillement, mais aussi l’information sur l’état des troupes ennemies, seront des facteurs déterminants, plus que les batailles en tant que tel.

Connaissez vous Frodon et la quête de l’Anneau ? Et bien vous êtes Frodon. Mais pas au début quand il blague avec ses charmants compagnons. Non, plutôt quand il est tout seul, hagard, ficelé par une araignée géante à la frontière du Mordor, et personne pour venir l’aider. Oui, ça ne fait guère rêver. Mais il y a des jours où vous lui ressemblez vraiment.

Comment en êtes-vous arrivé là ? L’aventure commençait plutôt bien, vous étiez bien entouré, il semblait qu’il y avait des solutions contre le Mal, vous faisiez confiance aux experts, les grands sages qui savaient de quoi il retournait. Et vous voilà paumé au milieu de nulle part, tout le monde vous a laissé tombé, votre monde s’effondre et aucune lueur d’espoir. Oui ça peut être cela la maladie.

Maintenant que je vous ai bien mis le moral plus bas que le fond de la fosse des Mariannes, permettez moi de vous rappeler ceci : Frodon s’en sort. Et si LUI s’en est sorti, avec son petit couteau et ses grands pieds poilus, vous pouvez vous en sortir. Si vous êtes toujours là aujourd’hui, qui plus est en train de lire ces lignes, c’est que vous pouvez y arriver. Ce ne sera pas facile. Ce ne sera pas facile. Et surtout, soyez assurés que ce ne sera pas facile. Mais il faut garder espoir. S’il faut vivre dans le déni, vivez dans le déni ! (jusqu’à un certain point du moins). Vous allez trouver un moyen. Pourquoi ? Parce que vous cherchez. Parce que vous ne baissez pas les bras. Parce que VOUS N AVEZ PAS LE CHOIX. Il s’agit de lutter pour votre vie après tout. Quel plus noble combat ? Une année se termine. Une nouvelle année arrive. Ce sera l’année du changement. Vous allez vous relever, vous allez écouter votre état-major, votre corps. Vous allez vous faire confiance. Et la peur va changer de camp. Vous allez assiéger la maladie à votre tour.

Si vous avez entendu parler de Stalingrad, vous savez que les Soviétiques ont vaincu les Nazis, alors qu’ils n’avaient qu’un fusil pour 10 et que la plupart des soldats marchaient pieds nus, tandis que les Nazis étaient sur-équipés. Comment ? L’état d’esprit. Le fait de ne pas avoir le choix. Le fait d’être sur son propre terrain.

Votre corps est votre patrie. Vous le connaissez ou pouvez apprendre à le connaître, utiliser ses forces et soigner ses faiblesses. Le rendre inhospitalier pour la maladie (attention il ne faut pas y mettre le feu ! on n’est pas des barbares quand même). Votre cerveau peut vous tromper et vous rendre fou à cause des effets de Herxheimer, mais vous pouvez vous en faire un allié. De nombreuses méthodes (sophrologie, méditation, visualisations diverses, PNL…) existent pour inverser la tendance et supporter la maladie au quotidien, mentalement.

Avant de planifier une attaque (c’est à dire un traitement contre la maladie), il convient de travailler sur ce terrain, cet arrière plan qui fait tout. Et une fois que vous serez prêts vous pourrez lancer la première offensive. Il faudra sans doute battre en retraite au début. Mais vous aurez construit un refuge intérieur qui vous permettra de reprendre des forces avant de lancer la prochaine attaque. Vous ne serez plus passifs mais actifs. Voilà ce que cette année 2021 vous réserve. Sept fois à terre, Huit fois debout.


Bonne année bien sur !

©2020 SociaLyme créé avec ❤️

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer