La constipation, une source d’inflammation ?

Au même titre qu’il est nécessaire de bien mastiquer au démarrage du système digestif pour alléger le travail de l’organisme et s’assurer des conditions optimales pour une bonne digestion, il est également important, si ce n’est vital, de prendre soin de l’extrémité de son système digestif à savoir les intestins, le côlon et le rectum.

Lorsque la maladie chronique se déclare quelle qu’elle soit, les enjeux prioritaires sont la prise en charge de la douleur, la mise en place de traitements pour limiter la progression ou améliorer les symptômes et le rééquilibrage alimentaire pour diminuer l’inflammation. Mais on s’intéresse en général peu au transit et là où finiront nos aliments.

En effet, en plus de ces mesures l’organisme nécessite également un bon décrassage et particulièrement au-niveau intestinal. Les intestins, aussi appelés “le deuxième cerveau” de l’organisme, constituent les 70% de notre système immunitaire.

De part leur longueur (rien que 6 mètres en moyenne pour l’intestin grêle), mais aussi par leur surface composée d’infimes villosités. C’est lors du passage dans l’intestin grêle que le bol alimentaire (la nourriture qui est en train d’être digérée), fait son action sur le corps.

L’inflammation, un dérèglement mécanique et chimique

Lorsque les intestins sont enflammés, ils ne fonctionnent plus correctement. Mécaniquement, les villosités qui permettent de réduire les aliments à l’état de particules assimilables pour l’organisme et qui tapissent l’intégralité de la paroi intestinale sont abîmées. Chimiquement, les niveaux d’hormones sécrétées au niveau de l’intestin sont déréglés. On dit alors de l’intestin qu’il devient poreux. C’est-à-dire qu’il devient perméable et qu’il laisse passer des fragments plus gros que les nutriments essentiels comme des bactéries ou molécules étrangères. N’étant pas reconnues par l’organisme, elles induisent des réactions auto-immunes, des allergies… C’est alors un cercle vicieux qui s’installe.

Les causes de l’inflammation sont nombreuses, variées et pas forcément encore toutes identifiées : une simple intolérance à un composant alimentaire : le lactose, le gluten…, une surexposition au sucre raffiné, un déficit d’ordre vitaminique ou minéral, un virus ou bactérie, une surexposition au stress, un traitement médicamenteux (antibiotique) etc.

La stagnation des déchets enflamme les intestins

Mais également et ce qui nous intéresse : un encrassement des intestins. Au fil des ans, avec une mauvaise alimentation, une hydratation insuffisante et une absence de fibres notamment, les villosité des intestins sont peu à peu encrassées du fait d’une stagnation des selles, aussi appelée constipation. Des résidus de digestion stagnent dans les replis des villosités sans jamais être excrétés et restent en putréfaction.

Sans compter que, plus les selles restent longtemps dans l’intestin, plus celui-ci continue fidèlement son travail de réabsorption : des éléments qui auraient alors dû être excrétés en temps normal, repartent dans la circulation sanguine et vont encrasser d’autres endroits de l’organisme ou lui demanderont de l’énergie supplémentaire pour être évacués.

Comment vérifier l’état de ses intestins ?

Si vous souffrez d’un ou plusieurs de ces symptômes, il est temps de restaurer votre barrière intestinale :

  • Nombreux ballonnements avec ou sans douleur
  • Flatulences excessives
  • Selles et gaz malodorants
  • Constipation
  • Défécation incomplète, sensation d’évacuation incomplète des selles
  • Diarrhées et constipation en alternance
  • Digestion bruyante (borborygmes)
  • Selles anormales, présence de mucus dans les selles
  • Des maux de tête fréquents
  • Irritabilité, fatigue inexpliquées
  • Carences (anémie par exemple), acné
  • Surpoids ou difficulté à perdre du poids

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nombreuses pistes pour restaurer l’imperméabilité de la barrière intestinale. Il n’existe pas une solution miracle, mais c’est l’action simultanée de mesures hygiéno-diététiques, qui vont vous permettre d’avoir une efficacité réelle sans forcément passer par la case traitement, comme les laxatifs si vous souffrez de constipation.

Rappelez-vous que comme dans toute pathologie, il faut mieux prévenir que guérir. Les laxatifs vont venir soulager temporairement la constipation, qui est un effet secondaire d’un mode de vie déséquilibré. Mais ils ne vont pas la résoudre. Et si vous ne prenez pas d’autres mesures, à l’arrêt des laxatifs, la constipation reviendra inexorablement.

Comment soulager la constipation ?

En plus de modifier ses habitudes alimentaires pour stopper l’inflammation, il est primordial de lutter contre la constipation : alimentation, plantes, exercices, mais aussi rééducation… Rassurez vous les possibilités sont nombreuses ! Une fois que vous aurez retrouvé un bon transit, vous pourrez alors aller plus loin en nettoyant votre système digestif pour le désencrasser et restaurer la barrière intestinale.

La constipation n’est pas une fatalité, voici mes 10 Solutions pour soulager la constipation. 

©2019 SOCIALYME

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?