Burn Out

Burn-out : Au bord du gouffre


Dernièrement j’allais chercher les enfants à l’école et par le plus simple des hasards je suis tombé sur une émission radio traitant le sujet du Burn out. En d’autres termes, le syndrome d’épuisement professionnel, qui se traduit par une fatigue mentale, physique et émotionnelle. Généralement, je m’arrête de zapper plutôt quand je tombe sur du bon son. Mais cette fois-ci, les quelques mots que j’ai entendus ont fait tilt dans ma tête.

Pour vous dresser le tableau en quelques mots, la journaliste interviewe un éminent spécialiste du Burn out. Elle lui demande : «est-ce que le burn out est une maladie qui se soigne et qui disparaît dans la durée?». Là-dessus, notre Expert répond qu’en réalité, une fois que l’on avait fait un burn out, la maladie ne disparaissait jamais et que cet état pouvait revenir régulièrement. De ce fait, l’idée est de proposer des médicaments et  des thérapies pour vaincre le burn out. Pour que la personne en burn out puisse revenir à son travail et à une vie normale. En gros, il faut corriger le problème «naissant» à l’intérieur de cette personne.

Ce qui m’a interpellé dans cet échange, c’est tout d’abord la façon dont les choses sont présentées. Cela a clairement réveillé des souvenirs de mon parcours de malade Lyme et je vais vous expliquer pourquoi.  A l’époque où j’étais très mais alors très malade (de Lyme) et que j’arrivais à peine à me traîner (merci papa) chez le médecin du travail (parce que je n’étais pas en mesure de travailler), la seule préoccupation de la médecin du travail était de me renvoyer au travail coûte que coûte. Quitte à harceler mon médecin traitant pour qu’il cesse de me mettre en arrêt travail… Peu importe mes symptômes n’est-ce pas ?! Ça c’est le cadet de leur soucis.

Ce qui me dérange avant tout c’est donc que l’on place la responsabilité du problème sur le dos du patient. Après tout, c’est lui qui souffre de burn out et c’est donc lui qui pose problème. A aucun moment, on ne se demande si ce n’est pas le travail ou bien la société qui en est la cause voire même la maladie. Pourtant c’est un détail de grande importance. C’est d’ailleurs souvent le cas ! Cette perception pourrait pourtant changer toute notre façon de concevoir la société. Mais que nenni, il est bien évidement plus pratique à tout point de vue de faire porter l’entière culpabilité sur l’individu et sa psyché défaillante. De le blinder de médicaments et de thérapies pour lui faire comprendre que le problème, c’est lui. Pour moi, cela ne s’apparente pas à des soins… forcément avec cette méthode le burn-out va revenir et le double effet kiss cool sera encore plus violent.

Ne serait-il pas plus convenable de dire : L’entreprise où vous travaillez souffre de burn-out, nous allons la soigner pour que vous puissiez vous sentir à votre aise dans votre travail et vos responsabilités? Vous voyez où je veux en venir ?  

Car oui, souvent les personnes en burn out sont très loyales et consciencieuses, d’où cette réaction d’hypersensibilité quand on leur en demande beaucoup trop. Je dirais même en toute lucidité, qu’une telle personne a seulement atteint les limites de la résistance humaine, à supporter un chef et/ou des collègues toxiques, une surcharge de travail improbable ou encore des horaires délirants avec des transports en commun sursaturés (petit coucou à tous les Franciliens qui me lisent). Tout cela sans même parler de l’état du Pays, du Covid-19, de la crise énergétique ou encore de la guerre ou quel autre drame encore ?! Pour moi, une telle personne arrivant à saturation est tout sauf malade ! Elle est tout simplement devenue lucide sur ce monde qui l’entoure. Alors un blocage aussi bien physique que mental s’opère. Comment pourrait-il en être autrement ? On devrait leur décerner des légions d’honneur pour les remercier d’avoir démasqué les dérives de notre époque ! En réalité, on essaye de transformer des gens sains d’esprits en malades mentaux pour faire cautionner un système totalement pourri et des cultures d’entreprises d’une violence inouïe.

Il y a quelques années j’ai fait un burn-out sociétal, non pas lié au travail mais à la société. J’avais commencé à voir le monde à l’envers. Des médecins qui ne soignaient pas les malades mais les rendaient malades, des politiciens qui n’aidaient pas leur peuple à vivre mieux mais faisaient tout pour les asservir un peu plus, des industriels qui ne nourrissaient pas mais nous empoissonnaient…. Bref tout un système qui travaille de concert pour écraser tout sentiment de bienveillance naissant. Je nous voyais comme des soldats sacrifiés sur l’autel de la croissance et de la surconsommation pour engraisser les plus riches. Et vous savez quoi ? Je n’avais pas besoin de guérir, car ce n’est pas moi qui était malade. Au contraire, j’ai entrevu mon excellente santé mentale à desceller le Bullshit qu’on nous sert à longueur de journée et qui, force est de le constater, ne veut pas notre bien. J’ai aussi eu des chefs et des collègues qui n’étaient rien d’autres que des gros c.ns et on aurait pu me faire prendre tout les médicaments du monde ça n’aurait rien changé…

La morale de cette histoire : Zapper plus rapidement pour tomber sur de la musique et pas des Experts d’une société à la dérive !

Tags:
nutriting bannière

©2022 SociaLyme créé avec ❤️

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer