Témoignage Aurèlie Lyme

Interview d’Aurélie – Maladie de Lyme


Aujourd’hui je vais vous présenter Aurélie et son parcours. Comme pour beaucoup d’entre nous ce parcours est passé par la case errance médicale, dénis des médecins malgré les évidences et le fameux « tout est dans la tête ». Je vous laisse découvrir l’histoire d’Aurèlie et son envie de s’investir auprès des malades via la voie associative avec France Lyme.


Pourrais-tu te présenter brièvement aux lecteurs? Quel a été ton parcours en tant que malade ?


Je m’appelle Aurélie, j’ai 43 ans dans quelques mois. Je suis employée de banque depuis 15 ans. Je suis maman d’une adolescente de 17 ans. Je suis une ancienne grande sportive. Je ne sais plus qui je suis, cette maladie m’a tellement changée.

J’ai été infectée dans un jardin en région parisienne le 6 mai 2018,  je ne sais pas quel insecte m’a piquée, mais je sais que mon état de santé vient de là dès le début.

Un mois après cette piqûre, j’ai ressenti une douleur à mon bras droit là où j’ai été piquée.  J’ai consulté de suite mon médecin en lui faisant part de cette piqûre. Puis j’ai consulté un phlébologue, qui ne m’a rien trouvé. Ensuite j’ai ressenti une grande fatigue jusqu’en novembre 2018 où les pompiers ont dû intervenir sur mon lieu de travail. Depuis cette date, j’ai connu un déferlement de symptômes et vu des milliers de médecins.

J’étais persuadée que mon état de mal être venait de cette piqûre, or les médecins avaient décidé que je faisais un burn-out. En novembre 2018, j’ai consulté un spécialiste de la maladie de lyme et celui-ci m’a certifié que je ne pouvais pas souffrir de Lyme et ses co-infections.

J’ai connu l’enfer car les symptômes s’enchaînaient ainsi que les examens médicaux avec toujours la même réponse : Ras. Suite à une grosse crise de nerfs, j’ai été hospitalisée en HP mais le psychiatre m’a affirmé que je ne souffrais ni de dépression, ni de troubles mentaux, et je suis donc sortie très rapidement.

Lorsque je suis sortie, je me suis sentie mieux mais les symptômes sont vite revenus et là j’ai décidé de faire des recherches jour et nuit et de trouver le meilleur médecin. Le diagnostic est donc tombé en février 2020 suite à mon rdv avec un spécialiste lyme.


Comment as-tu fait pour te soigner ? Où t’es-tu soignée ?


Je suis suivie depuis février 2020 dans un centre de référence et ce médecin m’a sortie de l’enfer. J’ai utilisé la phytothérapie car j’ai un blocage avec mes médicaments.

Aujourd’hui, je vois aussi un autre spécialiste car j’ai beaucoup de soucis neurologiques et étant très anxieuse il fallait que je vois un neurologue qui connaisse lyme.

Je pratique en parallèle la biorésonance à domicile avec une thérapeute formée à cette technique et à Lyme, de la phytothérapie et lorsque cela est nécessaire les antibiotiques. Je fais une séance environ toutes les trois semaines mais parfois nous les rapprochons et ma thérapeute travaille à distance. La biorésonance est une technique basée sur les ondes, j’utilise une machine qui envoye des ondes dans le corps pour retrouver une bonne santé, qui permettent de rétablir le terrain.

Par contre nous allons maintenant changer de stratégie à ma demande, car je souhaiterais que les séances soient rapprochées jusqu’à une par semaine. Grâce à la biorésonance, j’ai pu voir l’intégralité des dysfonctionnements se révéler et ainsi mieux cibler les traitements. Je constate que mon corps s’améliore et ne se détériore plus.

Pour ma part, au début, nous avons travaillé sur Borelia et babesia. Ensuite j’ai eu la salmonella que je n’ai traité qu’avec la biorésonance étant donné que je ne voulais pas prendre de traitement chimique.

Aujourd’hui nous travaillons sur la thyroïde, la candidose et les intestins. Je suis traitée depuis fin février 2020, j’ai pris des antifongiques, anti parasitaires, des vermifuges des vitamines C, D, B9, du zinc.

J’ai utilisé des produits pour les intestins : glutamine, Bythyflam coat, perm plus, guttae pepsini.

En Phyto j’ai pris de l’origan et de l’artemisia par cure.

Depuis mars 2021 j’ai utilisé :

des Fructo-oligosaccharides (prébiotiques), de l’aloe Vera, du colonflore, du synerthrophic, du desmodiuim tri actif , des vitamines D, magnésium, normancid pour l’estomac.

Pour le stress j’ai pris du klamath qui est composé de klamin, rhodiola, rosavine.

Pour ma candidose chronique j’ai utilise du fluconazol pour taper un bon coup sur celle-ci, j’ai fait le régime anti-candidose, j’ai pris et je prend encore candilliance, berbérine et j’évite le sucre au maximum car le sucre fait flamber la candidose.

Comme vous pouvez le voir, j’ai utilisé énormément de choses donc je dois oublier des produits … J’ai un traitement en continu avec les docs lyme environ tous les deux mois, voire tous les mois lorsque ça ne va pas.

J’ai adopté un régime alimentaire strict pendant plus d’un an et demi sans faire d’écart. Aujourd’hui je fais des écarts car mon corps me le réclame. J’ai connu deux rémissions même si aujourd’hui je suis en rechute mais les symptômes qui me restent proviennent de la thyroïde et des intestins.


Quelles ont été les réactions de ton entourage ?


Mes parents et mes frères et sœurs me soutiennent au quotidien que ce soit financièrement ou pour les tâches du quotidien. Ma fille aussi me soutien beaucoup et m’épaule chaque jour .

J’ai fait énormément de tri autour de moi par choix . Si les gens ne veulent pas comprendre ma maladie pas la peine de perdre du temps avec eux.


Comment te sens-tu aujourd’hui ? T’estimes-tu guérie ou en rémission de la maladie de Lyme ?


Nous avons réussi à endormir borelia et babesia et je dois apprendre à gérer mon stress pour ne pas les faire revenir. Je vais mieux même si je suis encore dans une périodes très dure.

A l’heure actuelle je suis en rechute alors je ne me sens pas bien.  J’ai énormément de colère car les médecins ne m’ont pas écoutée dès le début. Je me sens triste également car ma vie d’avant me manque.


Où en es-tu aujourd’hui dans ta vie ? Rencontres-tu des difficultés sociales, professionnelles… ?


Je ne rencontre plus de difficultés car je suis entourée de gens bienveillants et qui comprennent ma maladie et mon mal-être. J’ai encore mon travail mais je me suis battue pour le garder.

Je me suis également battue pour mes droits. Je suis en télétravail et j’ai juste demander à modifier mon contrat en 80%. Maintenant, je vais entamer la procédure de demande de dossier mdph pour avoir une reconnaissance en tant que travailleur handicapé.

A l’heure actuelle je voudrais m’orienter vers l’aide des malades. Je fais partie de l’association France Lyme depuis peu pour aider les malades et l’association. Je suis dans la section Bretagne et IDF. Pour l’instant je n’ai pas de tâche définie car cela est en cours.


Que conseillerais-tu à un malade de Lyme avec ton vécu ? Comment veux-tu aider les malades de Lyme ?


Le conseil que je donnerais est de suivre son instinct et de ne jamais laisser tomber même si c’est dur.

J’ai connue deux rémission en deux ans alors je sais que c’est possible.

Je me suis investie dans une association afin de pouvoir aider au mieux enfin selon mes capacités. Et je pense que les malades devraient se faire connaître des associés afin que nous puissions avancer tous ensemble.


Un mot pour la fin ?


Je sais que cette maladie est horrible, pour ma part elle me fait peur même très peur.

Pourtant, il faut croire en soi et en son instinct, ne jamais accepter de se faire humilier, malmener. Ma force dans tout ça, c’est mon caractère et j’espère y arriver après tout ce que j’ai vécu.


Grégoire :

Aurélie, merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à mes questions et de partager ton histoire.

A très bientôt pour d’autres invités et de nouveaux témoignages !

Portez vous bien,

Tags:
nutriting bannière

©2022 SociaLyme créé avec ❤️

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer