La méditation dans le cadre des maladies chroniques.

Méditation et Maladie Chronique 

Il y’a quelques années j’ai commencé à ressentir un certain nombre de symptômes étranges. Dans un premier temps j’ai cherché d’où pouvaient provenir tous ces symptômes. Il faut dire qu’ils n’étaient pas constants et je pouvais passer quelques jours avec des douleurs terribles dans les articulations ou les muscles pour qu’ils laissent leur place à des migraines, des vertiges, des sifflements dans les oreilles… Et ainsi de suite. C’était un peu un manège infernal où l’on ne sait pas vraiment sur quel cheval on va tomber. Vous le savez la maladie de Lyme n’est pas facile à être diagnostiquée et il en est de même pour un grand nombre de maladies chroniques ou civilisationnelles.

En parallèle de mes recherches sur les différentes maladies chroniques, j’ai pris la peine de m’informer sur des techniques qui pourraient me soulager. J’ai cherché des pistes de thérapies alternatives (Réflexologie, Acupuncture, Sophrologie, Ostéopathie, Naturopathie…), à défaut de pouvoir se soigner efficacement ou tout simplement d’accepter un sort lancé par un thérapeute sur un coin de table du type : « Vous êtes fibromyalgique, il faut vous habituer à la douleur, faites du sport » ou encore la fameux « C’est dans la tête, allez voir un psy »… Ces phrases toutes pré-conçues je ne les acceptais déjà pas à l’époque alors que j’étais à mille lieues de savoir ce que j’allais découvrir !

Mes premiers pas de Méditant

Ça a commencé un peu par hasard, au début d’ailleurs ce n’était pas à proprement parler de la méditation. J’avais lu dans le livre de Anthony Robbins “Pouvoir illimité” sur le développement personnel et la PNL (Programmation Neuro linguistique) l’importance de l’oxygénation du corps via la respiration et la relaxation. Il présente d’ailleurs un exercice de yoga tout basique rythmé par des inspirations, expirations et des temps de retenue de la respiration. Ce point a particulièrement attiré mon attention car il m’arrivait souvent d’avoir des difficultés à respirer. Figurez-vous que la respiration régule la circulation sanguine ainsi que le système lymphatique. Ce dernier contient des globules blancs et est responsable de l’évacuation des matières toxiques de l’organisme. Pour information le corps contient quatre fois plus de Lymphe que de sang. Or le système lymphatique n’a pas de pompes comme l’est le cœur pour le système sanguin. Le seul moyen pour stimuler et faire circuler la Lymphe reste donc la respiration et l’exercice. J’ai aussitôt compris l’intérêt de pratiquer des exercices de ce type pour booster mon système immunitaire et activer au mieux mon système d’élimination. Surtout pour accompagner mes traitements contre la maladie de Lyme et éviter des réactions d’Herxheimer trop violentes. Ce processus est le même quelque soit votre maladie chronique et au vu des toxiques qui se retrouvent dans notre corps via la nourriture, je vous conseille vivement de respirer !

Mes recherches sur la Méditation

Evidemment une fois que j’avais ajouté la respiration à mes routines quotidiennes ma curiosité m’a titillée et m’a poussé vers des lectures orientées méditation. C’est la que j’ai découvert des lectures du type Matthieu Ricard « L’art de la méditation » ou encore Christophe André et son “méditer jour après jour” sans oublier un excellent documentaire de Benoit Laborde sur Arte « Les vertus étonnantes de la Médiation ». Vous pouvez d’ailleurs regarder ma Thématique sur la méditation : La méditation. Vous y trouverez un bon nombre d’informations utiles pour comprendre ce qu’est la médiation, les différents types, ses bienfaits et des études qui étayent mes propos.

L’importance de la Méditation dans le cadre des maladies chroniques

Après quelques années de pratique, je suis en mesure de vous dire au combien la médiation m’a aidé dans mon cheminement. Au début je voulais juste mieux respirer, ce qui était déjà important pour moi. Mon objectif a été largement dépassé, et aujourd’hui je suis heureux de dire que grâce à la méditation je vis mieux. Au-delà d’une meilleure respiration, la méditation régulière (dans mon cas 20/30 minutes par jour) m’a apporté de la sérénité avec un grand calme qui s’est construit progressivement. Toutes les anxiétés liées à mon état de santé sont bien moins puissantes et parfois disparaissent totalement. Les douleurs chroniques et les inflammations que je traînais et contre lesquelles les médicaments n’étaient pas toujours suffisants sont bien moins intenses. Les problèmes de concentration qui sont souvent monnaie courante chez les Lymés ne sont plus aussi handicapants. J’arrive à rester concentrer sur une activité, comme par exemple sur l’écriture de cet article. Aussi la méditation a une place dans votre quotidien, que vous soyez Diabétique, Malade de Lyme, fibromyalgique, Hypertendu, anxieux ou encore stressé… Et pour finir j’ajouterai que la médiation a totalement renversée la façon dont je concevais ma vie et le monde. Je suis devenu bien plus indulgent envers moi-même et empli de compassion envers les autres.

Ma façon de pratiquer la méditation

Elle est très simple car il ne faut pas grand-chose pour commencer. Je veille seulement à réunir les éléments suivants pour être dans des conditions adéquates pour méditer :

  • Une motivation indéfectible pour méditer quotidiennement (la maladie et l’envie d’aller mieux sont d’excellents moteurs pour se bouger). La régularité est la clé de la méditation.
  • Une technique de méditation (par exemple la « pleine conscience » en se concentrant sur sa respiration ou un objet)
  • Un endroit calme pour le temps de votre séance, vous ne devez pas être dérangés
  • Une position du type Lotus ou Demi lotus (Au début la position peut être inconfortable mais avec le temps on s’y fait). On peut également rester assis sur une chaise le dos bien droit et les mains posées sur les cuisses/genoux.

La durée peut dépendre des jours et de ma disponibilité. Parfois je n’ai besoin que d’un petit quart d’heure, à d’autres moments je ressens le besoin de méditer plus longtemps. J’ai remarqué également que c’est lors des séances difficiles, quand on est dissipé, agité, ailleurs en pensée que l’on progresse le plus. Alors ne vous découragez pas le jeu en vaut la chandelle.

Voilà, le tour est joué, vous n’avez plus qu’à intégrer la Méditation dans votre routine. En commençant par de petites séances de quelques minutes pour aller vers quelques dizaines de minutes une fois que vous serez rompu à la méditation.

Voici quelques lectures qui pourraient vous intéresser pour aller plus loin :

       

©2019 SociaLyme créé par KreaThor

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?