9 plantes à connaître si vous souffrez de la maladie de Lyme

Les plantes sont un moyen naturel et éprouvé pour se soigner, détoxifier, stimuler, suer… J’aurai pu faire une liste bien longue tellement il y a de choses dans la nature qui nous seraient profitable dans nos maux du quotidien. D’ailleurs que vous soyez malade ou pas, les plantes ne vous veulent pas de mal contrairement à ce que les lobbies veulent faire croire. Mais il s’agit là d’un tout autre sujet et vous n’êtes pas ici pour lire mes plaintes sur notre charmante société et ses dérives. Rentrons donc dans le vif de sujet, qui pour le coup est passionnant. L’avantage des plantes est qu’elles possèdent de nombreux principes actifs. C’est d’ailleurs ce qui les rend particulièrement efficaces pour traiter la maladie de Lyme. En effet, la bactérie aura du mal à s’adapter à tous les principes actifs d’une plante. Alors si en plus vous en combinez plusieurs, ça devient très compliqué pour les spirochètes. A l’heure où la résistance des bactéries aux antibiotiques est devenue un vrai problème de société, il faut faire preuve d’ingéniosité. Mais ça ne s’arrête pas là, une plante présente souvent l’avantage d’être multifonctionnelle. Et oui, elle peut avoir des effets aussi bien antibactériens qu’antifongiques, détoxifiants, cholagogue, sudorifique… Il y en a pléthore, le seul impératif c’est de savoir lesquels et leur utilisation.

Dans le cas de la maladie de Lyme, et pour en optimiser les chances de guérison, il faudrait agir à 360°. Ainsi il y a un certain nombre d’axes incontournables sur lesquels les plantes peuvent apporter une aide précieuse. Bien évidement chaque axe revêt une importance primordiale :

  • Eliminer les toxines emmagasinées dans les tissus
  • Soutenir, stimuler et réparer les émonctoires (reins, foie)
  • Booster et maintenir le Système Immunitaire
  • Lutter contre les bactéries

L’avantage avec les plantes c’est qu’une seule peut agir sur plusieurs de ces axes. Bref, vous l’aurez compris les plantes vous veulent du bien !

Voici donc, pour votre plaisir une liste de plantes qui vous aidera dans votre parcours de Lymé ou de malade chronique. Un des autres avantages des plantes c’est qu’il n’y a pas d’effets secondaires. Cependant, ne vous y trompez pas, les plantes sont un remède puissant… Un Herx est si vite arrivé de nos jours !

1 – Le Chardon Marie :

Chardon Marie (Silybum marianum) : Il fait partie de la famille des Astéracées et son principal constituant est la Sylimarine. Je ne vous le cache pas, c’est mon coup de cœur depuis le début. Son efficacité et la légende qui entoure cette plante sont très séduisantes. La légende voudrait que la Vierge Marie lors de son exode pour échapper aux soldats d’Hérode aurait caché Jésus dans un buisson. C’est là, qu’allaitant son enfant elle fit tomber quelques gouttes sur des feuilles de chardon. D’où les taches blanches sur le Chardon devenu le Chardon Marie.  Evidemment dans notre cas ce n’est pas forcément très utile mais sait-on jamais s’il vous venait à frimer devant un phytothérapeute ou autre naturopathe. Du côté des propriétés thérapeutiques, la plante est un excellent cholagogue, décongestionnant hépatique et par-dessus tout la Sylimarine est une puissante substance hépatoprotectrice. Le chardon-Marie préserve votre foie, le protège et stimule sa régénération cellulaire. C’est ainsi qu’on l’utilise dans de nombreux troubles du foie tels que l’hépatite, l’ictère ou encore la cirrhose. Dans le cas de la maladie de Lyme, vous l’aurez compris il va protéger votre foie et faciliter ses fonctions d’élimination. Sa prise à long terme permet d’éviter ou de minimiser les réactions d’Herxheimer.

 

Ma Sélection de Chardon Marie BIO :

 

                                     

 

2 – L’Artichaut :

Artichaut (Cynara Scolymus) : Également membre de la famille des Astéracées, l’Artichaut est un légume connu de tous. Tout comme le chardon-Marie il est utilisé dans les traitements spécifiques du foie. Il possède ainsi des propriétés cholérétique (stimule la production de bile), cholagogue (facilite l’évacuation de la bile vers l’intestin) et diurétique (augmente la quantité d’urine). Il est difficile de faire mieux dans le cadre des troubles d’origine hépatique. Attention cependant son goût est assez particulier pour ne pas dire fort et très amer en tisane ! Sans savoir que l’artichaut en infusion avait ce goût j’ai commandé 500 gr chez l’herboriste. J’ai eu du mal à finir le sachet… Mon foie quant à lui a plutôt bien apprécié ! A préférer avant les repas pour bénéficier de ses bienfaits sur l’appétit et à éviter si vous souffrez de calcul biliaire.

 

Ma Sélection d’Artichaut BIO :

 

 

3 – Le Pissenlit : 

 

Le pissenlit (Taraxacum officinale) : Dans la lignée de l’Artichaut et du Chardon Marie, le pissenlit est une autre alternative pour prendre soin de votre foie. Reconnu pour son action cholérétique (stimule la production de bile) il possède également une fonction de régulateur naturel du transit intestinal. Ce qui n’est pas pour nous déplaire puisque le pissenlit va ainsi éliminer les toxines alimentaires, environnementales et infectieuses. Quand on voit le mal qu’il faut se donner pour les éviter dans le cas d’une maladie chronique, cette aide est salvatrice. Grandiose donc ! Pour la petite histoire, si vous n’aviez pas remarqué, son nom est une image directe à sa vertu diurétique (augmente la quantité d’urine) …

 

Ma Sélection de Pissenlit BIO :

 

                

 

4 – La cardère : 

Cardère (Dipsacus fullonum) : C’est une plante très spécifique pour le traitement de la maladie de Lyme. Elle semble être selon de nombreux auteurs (Wolf-Dieter Storl ou encore Willem Jacob) une alternative très sérieuse aux traitements de la maladie de lyme par antibiotique. Son action ne se limite pas uniquement à son effet antibactérien (anti-spirochète en l’occurrence). Elle est également parfaite pour la stimulation des organes d’élimination que sont le foie et les reins. Sa forte capacité à éliminer les spirochètes n’est pas à prendre à légère, car cela pourrait provoquer un puissant Herx.

 

5 – La Salsepareille : 

La salsepareille (Smilax Aspera) : Voilà une plante de la famille des Smilacacées, reconnue pour ses talents médicinaux. Il s’agit par prédilection de LA plante pour les cas de rhumatisme et de maladies de peaux (et de la plante favorite des Schtroumpfs soit dit en passant). Ce qui par définition en fait un excellent dépuratif et diurétique. Son efficacité contre les maladies auto-immunes telles que l’arthrite ou encore le psoriasis lui viennent d’un de ses constituants : les saponosides stéroïdiques. Ces derniers empêchent les toxines intestinales d’être absorbées par le sang. Ce sont probablement ces mêmes constituants qui lient les résidus des borrélies et amenuisent les réactions d’Herxheimer.

6 – La Renouée du Japon :

 

Renouée du japon (Polygonum cuspidatum) : C’est une plante de la famille des Polygonaceae originaire d’Asie orientale. Elle est principalement cultivée en Asie ou ses propriétés médicinales ne sont plus à démontrer. Pour l’anecdote, c’est une plante impossible à déloger de là ou elle se trouve. Vous pouvez essayer n’importe quelle poison il n’y a rien à faire… Elle s’en nourrit… C’est l’une des trois plantes du protocole de S.H. Buhner, « Healing Lyme ». C’est d’ailleurs LA plante des maladies civilisationnelles (Parkinson, SLA, SEP…) et donc de notre maladie de Lyme. Pour ce qui est de ses propriétés thérapeutiques, sa haute concentration en resveratrol en fait un excellent antioxydant. Bien évidemment sa fonction première ici est son action anti-spirochète mais elle est tout autant indiquée pour l’élimination des toxines.

 

7 – Le Samento :

Samento (Uncaria Tomentosa) : C’est une sorte de liane de la famille des Rubiaceae que l’on trouve principalement dans les forêts amazoniennes. Elle est également connue sous le nom de « griffe de chat » à cause de sa forme. La plante est utilisée depuis des millénaires par les Ashaninka (une tribu d’Amazonie péruvienne) pour soulager de nombreux maux. C’est le moment de frimer auprès de ce pote ethnobotaniste qui se shoote à la coca. Blague à part, la découverte du Samento en Occident est assez récente puisqu’elle remonte aux années 1980. Depuis elle est régulièrement utilisée pour soigner certains cancers, tumeurs et… la maladie de Lyme ! Elle possède de nombreuses propriétés : anti-inflammatoire, antioxydante, immunostimulante, antalgique… Elle est au cœur du protocole de Stephen Buhner et de la méthode Cowden « Cowden-Lyme protocol ».

8 – Le Ginseng de Sibérie : 

Le Ginseng de Sibérie (Eleutherococcus senticosus) : C’est un buisson de la famille des Araliaceae originaire de Sibérie et d’Asie du nord-est. Pour info, le ginseng est le remède universel des chinois depuis plus de 7000 ans. Rien que ça… Il s’agit d’une plante adaptogène qui permet de gérer les états de stress de l’organisme. Cette plante a la particularité d’agir sur de nombreux fronts : immunostimulante, hépatoprotectrice, anti-inflammatoire, adaptogène, antidépressive… Le Ginseng fait également partie du protocole Buhner pour traiter la maladie de Lyme. Eviter les cures de plus de trois mois et ne pas utiliser en cas d’hypertension.

 

Ma sélection de Ginseng de Sibérie : 

 

          

 

9 – L’Echinacée :  

Echinacée (Echinacea purpurea) : C’est une plante de la famille des Astéracées originaire d’Amérique du Nord. Les Indiens l’utilisaient pour cicatriser les blessures et dans l’élaboration de divers remèdes médicinaux. Elle a fait l’objet de nombreuses études et s’est vu attribuer la capacité de renforcer les systèmes de défenses de l’organisme. Ce qui est fort utile dans le cadre de la maladie de Lyme. Outre ses propriétés de soutien au système immunitaire, l’Echinacée est : sudorifique, anti-inflammatoire et fortifiante.

 

Ma sélection d’Echinacée : 

 

                         

 

 

Ah j’allais presque oublier, les plantes peuvent avoir des interactions avec les médicaments. Renseignez vous toujours sur les associations plantes/médicaments pour éviter les mauvaises surprises. Vous l’aurez compris durant la lecture, la phytothérapie est tout un univers et il est difficile de s’y retrouver. L’intérêt ici est de comprendre qu’il existe des possibilités naturelles pour améliorer sa condition de malade dans la vie quotidienne. La complexité de cette maladie et de ses spirochètes perfides/malins nous force à réfléchir autrement pour trouver la réponse. Car, il n’y a pas de méthode miracle pour soigner la maladie de Lyme. Certaines méthodes vont fonctionner pour l’un et pas pour un autre et vice versa. Certains seront sujet à des co-infections alors que d’autres non. D’où l’intérêt de se faire accompagner par un thérapeute aguerri à la maladie de Lyme et ses différents protocoles, qu’ils soient naturels ou chimiques.

En attendant, si vous voulez en savoir plus sur ces plantes et ces protocoles voici quelques livres ci-dessous. Vous pouvez également jeter un oeil sur la page dédiée aux livres sur la maladie de Lyme

“Qu’est-ce donc qu’une mauvaise herbe, sinon une plante dont on n’a pas encore découvert les vertus ?”

De Ralph Waldo Emerson

                 

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2018 SOCIALYME

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account